Nouvel Arrondissement est une des adresses aixoises incontournables ! La boutique, un concept store mais également un salon de thé avec sa bibliothèque vous accueille depuis le 15 juin 2017, 6 rue Matheron à Aix-en-Provence. Une vitrine unique avec sa grille atypique donne le ton à la boutique. Du charme, de belles marques, du made-in-France et de la convivialité.

En arrière boutique, un salon de thé cosy et girly où j’ai déjà passé mon après-midi avec une amie autour d’une infusion et de quelques pâtisseries. Un moment d’intimité comme on peut rarement retrouver dans un café. Dans la partie principale de la boutique, on y trouve de la déco, de la vaisselle, des bijoux mais aussi des cosmétiques pour hommes. Personnellement, côté bijoux, j’ai craqué pour un duo de bracelets à partager avec sa meilleure amie ou sa fille. J’ai également déniché un porte carte en cuir ultra mignon dans les tons pastel et doré que J’A-DO-RE !

Nouvel Arrondissement, un lieu unique que Stella définie comme « hybride » et dont je vous laisse découvrir à travers son histoire.

Présentes toi, d’où viens tu ? Comment es tu arrivé à l’ouverture de cette boutique ?

Moi c’est Stella, et depuis le 26 février 2017, j’ai 30 ans et j’habite Aix en Provence. Pour une brève présentation, il faut faire un bond arrière en 2004 quand j’ai quitté la Drome pour Aix pour ma première rentrée à la fac. J’y suis restée 7 ans, après une année d’économie, j’ai rejoins la fac de droit et j’y ai obtenu 2 masters en droit économique et en droit de l’énergie. Puis je suis partie faire mon stage de fin d’année à Paris et j’ai enchainé avec un CDI de juriste en environnement. Parcours rêvé de tout jeune diplomé(e), une entreprise jeune, des challenges, des déplacements partout en France, des super collègues etc. Et puis, les années ont passé (5), j’ai commencé à m’ennuyer, me lever à 4h du matin pour aller visiter une usine de déchets dans la Creuse m’excitait de moins en moins, les réunions à rallonge, les syndicats, le débat sur les vacances et le menu à la cantine me donnaient plus mal au ventre qu’autre chose.

Depuis toute petite je rêvais d’avoir une boutique, enfant j’imaginais que les murs de ma chambre étaient transparents pour y faire une vitrine avec mes peluches. Donc cette idée me trottait dans la tête et Paris était une vrai source d’inspiration. Et puis, il y a eu cette réunion de trop qui s’est finie à une terrasse de café avec mon +1, une feuille de papier et 2 colonnes (les + et les -) griffonnées pour savoir si je pouvais me lancer dans ce projet un peu fou.

La réponse était oui ! 3 mois plus tard je démissionnais et 1 an et 1 mois après nous arrivions à Aix.

D’où vient le nom de la boutique ?

J’ai très rapidement abandonné l’idée d’ouvrir la boutique à Paris (marché saturé, prix exorbitant, envie d’un retour dans le sud). Aix s’est imposée naturellement : j’y avais vécu, je me rapprochais de ma famille, il y fait beau et il n’y avait pas de boutique proposant mon concept. Je voulais rappeler Paris car c’est mon histoire. J’ai d’abord pensé au « 21ème » (pour le 21ème arrondissement de Paris qui en compte actuellement 20). Et puis un soir mon +1 me dit que prochainement Paris ne comptera plus qu’une dizaine d’arrondissements… bof du coup. Et c’est ce soir là qu’est sorti le nom de Nouvel Arrondissement.

Que proposes tu dans ta boutique ?

Ma boutique est très personnelle car j’y ai regroupé tous mes coups de cœur. Je n’ai sélectionné que des créateurs français; évidemment il y a pas mal de parisiens mais pas que! Toute la France est représentée !

C’est un véritable concept store (même si je n’aime pas trop ce mot) car on y trouve autant de la vaisselle que des bijoux, des sacs ou même de la cosmétique pour les hommes !
J’ai voulu que la boutique soit un lieu vivant qui ne se limite pas à un petit tour dans la boutique, j’ai donc installé au fond une petite cuisine et quelques tables pour y servir des tisanes, du café et des pâtisseries maison. Il y a le wifi et une bibliothèque pour qu’on se sente comme à la maison et qu’on puisse prendre son temps, quelque soit le contexte.

Pour pousser le concept un peu plus loin, j’organise également une à deux fois par mois des after work autour d’ateliers DIY : cosmétiques naturelles, broderie, coutures etc.
Et j’ai encore plein d’idées  pour développer ce concept de boutique hybride !