Menu
Eco-responsable / Lifestyle / Mode & Shopping

Casa Mirabelle, club d’échange de vêtements pour femmes à Marseille

Hello ! Nous sommes bientôt en 2022, et la prise de conscience sur l’écologie et la fast fashion n’a jamais été aussi forte !  Je ne pense pas être la seule à avoir réalisé à quel point il était important de faire attention à notre consommation de vêtements. Consommer mieux, penser éthique et environnement, telles sont mes envies pour faire bouger les choses à mon échelle ! C’est d’ailleurs le pari que se sont lancées Cécile et Sarah, deux sœurs ayant eu envie de révolutionner notre mode de consommation avec un club d’échange de vêtements sur Marseille.

Le concept : club d’échange de vêtements

Le concept est simple et repose sur l’échange : vous venez avec des pièces que vous ne portez plus (et en bon état bien sûr!) , ce qui vous donne droit à des crédits vous permettant de repartir avec les pièces qui vous donnent envie dans la boutique.

Par exemple : 

  • 1 crédit équivaut à un top, une chemise, mais aussi une robe, un pantalon ou des chaussures par exemple
  • 3 crédits correspondent eux à une pièce plus onéreuse telle que des manteaux, des belles pièces en cuir ou en matières exotiques

La club d’échange de vêtements fonctionne sur un système d’adhésion. Vous pouvez soit payer des frais d’entrée à chaque visite, ou bien vous abonner. Il existe plusieurs formules afin de matcher avec vos envies. Ainsi il existe 4 offres différentes :

  • Pass 1 fois : 15€
  • Pass 1 mois : 30€
  • Abonnement mensuel : 21€
  • Pass 1 an : 140€

A présent, vous le savez, j’aime bien donner la parole aux créateurs et entrepreneurs. Du coup j’ai pris le temps de poser quelques questions à Sarah qui est sur place à Marseille pour en savoir un peu plus sur elle et sa soeur et ce super concept du club d’échange de vêtements sur Marseille. Si le concept vous plait, voici un autre article qui peut vous séduire.

Qui se cache derrière ce beau projet ?

Deux sœurs, Cécile et Sarah ….

Je m’appelle Sarah et je vis à Marseille depuis 4 ans. Je travaillais avant dans l’évènementiel en free-lance et depuis la crise sanitaire mon activité était complètement à l’arrêt. Ça a été l’occasion pour moi de faire le point sur mes envies, j’avais besoin de me réinventer et retrouver plus de sens dans mon travail.

Cécile vit à Londres depuis une dizaine d’années, elle est contrôleuse de gestion pour une marque de maillots de bain. On est très proches et ça faisait longtemps qu’on avait envie de créer quelque chose. Quand je lui ai parlé de mon projet, elle a tout de suite été séduite et on a décidé de s’associer.

Pourquoi avoir créé ce concept ?

De mon côté, tout est parti d’une prise de conscience il y a quelques années sur ma consommation de vêtements et d’un gros ras-le-bol d’être sans cesse incitée à consommer, et ce dans tous les domaines, pas seulement dans celui de la mode.

Je me suis beaucoup intéressée au problème du gaspillage textile et j’ai réalisé que depuis des années on cherche des solutions pour fabriquer « plus éthique », « plus responsable », « plus social », mais le véritable problème c’est lasurproduction et le gaspillage. Notre consommation de vêtements a augmenté de 60% en 15 ans, alors qu’on ne porte que 30 % de notre garde-robe. Cela n’a aucun sens… 

On est parties de ce constat que nous sommes très nombreuses à avoir dans nos armoires des vêtements qui sont en bon état et que l’on ne porte pas ou plus. Donc l’idée c’était de créer un grand dressing collaboratif et redonner vie à nos vêtements en se les échangeant.

Quelles sont les valeurs que vous souhaitez transmettre à travers Casa Mirabelles ?

Ce projet porte des valeurs écologiques bien sûr. La mode est une belle industrie, mais elle est devenue une arme contre la nature et les personnes, et en majorité les femmes. La manière la plus durable de s’habiller finalement, c’est d’utiliser ce qui existe déjà.

On souhaite également enlever toute valeur financière à un vêtement et faire vivre une expérience où lorsque tu viens au club d’échange de vêtements, tu n’as pas besoin de regarder des étiquettes de prix. On défend l’idée que ce n’est pas un prix ou une marque qui lui confère de la valeur, mais plutôt le nombre de fois qu’on va avoir envie de le porter et le soin qu’on va lui apporter.
On espère bousculer doucement (mais sûrement) nos habitudes de consommation et ainsi revoir notre rapport aux vêtements.

L’envie de créer une communauté est aussi très importante. La mode peut et doit recréer du lien. C’est un espace ouvert au partage, aux rencontres et où chacune peut s’exprimer et proposer des idées. Ici on se tutoie, on veut que nos clientes se sentent tout de suite à l’aise et qu’il n’y ait pas de barrière.

On souhaite aussi qu’elles viennent à la boutique pour avoir du plaisir sans ressentir de culpabilité. Car bien souvent, le sentiment de bonheur que procurent les achats impulsifs et inutiles est éphémère.

Pourquoi ce nom pour votre club d’échange de vêtements ?

Trouver le nom a été assez compliqué au démarrage du projet, on avait plein d’idées mais elles existaient déjà. Après 2 mois de réflexion, Casa Mirabelles nous est apparu comme une évidence. Mirabelles c’est un clin d’œil à nos origines lorraines. Étymologiquement, le mot vient du latin Mirabilis qui signifie Merveilles. Les mirabelles c’est nous, ce sont nos clientes, mais aussi les pièces du dressing. 

www.casamirabelles.com
@casamirabelles

Jennifer About Author

Jennifer, Community Manager & Formatrice en Réseaux Sociaux sur Aix-en-Provence.

No Comments

    Leave a Reply